Billets humeurs

Viendra un temps où…

Viendra un temps où tu danseras, où tu marcheras comme sur des ressorts, où tu sautilleras à cloche pieds car tu seras sur le point de rompre avec toi-même, ou plutôt de t’épouser, de te jeter dans pleins de nouveautés, d’explorer ces chemins que tu avais jusque-là estimés «sans issues». Tu seras alors emporté dans un tourbillon de belles énergies. Tu provoqueras le destin. Tu tenteras. Tu solliciteras. Tu proposeras. Tu travailleras. Et tu n’attendras plus. Tu n’attendras rien de personne. Tu sauras que tu as jeté tes petits cailloux. Tu auras accroché tes hameçons, en étant sûr que cela mordra. Tu seras sûr qu’après avoir planté toute ces graines, viendra le temps de la moisson. C’est alors que les plus belles choses de la vie t’arriveront. C’est alors que tu rencontreras de belles personnes dont tu ne soupçonnais plus l’existence, celles et ceux que tu n’espérais plus.

Alors, dès le réveil, tu seras enchanté d’être en vie. Tu remercieras Ciel et Terre. Et à chaque minute, il y aura comme une petite étiquette « waouh » dans ton esprit qui flottera, comme pour te rappeler de rester dans ces émotions, de rester dans l’émerveillement pour ne pas rompre le charme. Tu seras tellement en accord avec ce que tu es, tellement heureux d’être là, ici et maintenant, que toute forme de dénigrement, ou d’adversité te coulera comme l’eau sur les ailes d’un canard.

On te jugera comme étant comme ceci, comme cela, beaucoup trop ceci, ou un peu moins cela. Certains iront même jusqu’à dire que tu as changé, mais la vérité est que tu ne vibreras plus comme eux : donc, chaque jour t’éloignera d’eux un peu plus. Tu auras tellement de recul que tu seras  que tu n’as pas changé mais que tu es conscient que tout cela n’est qu’une émanation de leur égo, une sorte de biais cognitif.

Et puis, toi, tu sauras qui tu es, donc tu n’auras besoin de l’assentiment de personne. Saches aussi que la nature a horreur du vide : il faut donc, pour certains, le combler.
Sur ton chemin, on te heurtera mais tu n’auras guère le temps de tergiverser : alors respect et classe, tu exprimeras ce qui te gêne, tu tourneras les talons, et tu feras en sorte de ne rien garder de mauvais en toi : ni ressentiment, ni rancœur. Tu n’es pas pour plaire, tu es là pour être.

Dans le fond, tu te diras :

« Je n’ai pas le temps. Je n’ai plus le temps. Je ne courrai après personne. Les gens sont tellement différents. Je n’ai pas le temps ni l’envie de les juger. Qui m’aime, me suive. Je ne changerai pas pour faire plaisir. Il n’y a plus de place pour les faux-semblants ».

Je dois aussi te dire que sur le chemin de ton accomplissement, se dresseront les envieux, les pessimistes, les rabats joies, et celles et ceux qui ne rêvent plus. Tu devras faire preuve de persévérance, et de détermination.

Ne t’attends surtout pas à ce que l’on te témoigne, en tout temps et en tout lieu, respect, et bienveillance. Certains en sont avares. Ne leur en tient pas rigueur. Tu sais que tu as des objectifs à concrétiser. Et que tu as ton temple de bons sentiments à préserver. Tires en les leçons cependant. Regardes vers l’avant. Sois toi même, assumes, et avances.

La vie est pleine de belles surprises, de merveilleuses opportunités, et de magnifiques rencontres.

«Vint un temps où le risque de rester à l’étroit dans un bourgeon est plus douloureux que le risque d’éclore.» Anaïs Nins

Il y a tellement à faire. Il y a tellement à voir. Il y a tellement à rire. Il y a tellement à vivre.

Au plaisir,

Sana,

Tous droits réservés.

 

Publicités

8 réponses »

  1. Coucou Sana ! Fin 2017, « un ami » trouvait que je prenais trop de place.. sauf que ce n’est pas moi qui prenait trop de place mais lui qui ne prenait pas la sienne.. Je lui ai dit qu’il valait mieux en rester là. Aujourd’hui, je dois t’avouer qu’à bientôt 37 ans et bien, je n’ai jamais été aussi épanoui, heureux, en paix avec moi même.. alors bien sûr je te rejoins totalement, il faut cheminer et ne pas s’encombrer de personnes qui jalouse ou dévalorise. Je me fie à mon instinct et j’écoute ma conscience, mon cœur. Ne dit-on pas « aides toi et le ciel t’aideras ».. personne ne pourra agir à notre place, mais personne ne doit nous empêcher d’être nous même et d’avancer. Un peu plus d’un an après avoir pris cette décision de couper les ponts avec cet ami, je revis et j’ai fais d’autres belles rencontres. Ton texte est beau, juste et c’est toujours un plaisir de te lire Sana, merci !! ☀🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à S. Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s