Développement personnel

Chronique 18 : « Comment nous faisons les choses », J.G. Bennett, aux éditions L’Originel

Il suffit de nous voir, au volant, faire ce trajet quotidien pour la énième fois pour comprendre ce qu’est un automatisme. Une action que l’on répète machinalement, dans une sorte d’état inconscient. Un matin, j’y ai prêté attention, et je me suis rendu compte que, par exemple, mon rituel matinal au bureau était strictement automatique : j’allume le pc, je consulte mes mails, je vais chercher mon café, je réponds aux mails. Tu me diras, qui peut être pleinement conscient dans chacun de ces gestes, chaque jour ?

C’est alors que j’ai pensé que dans ma pal (pile à livre), j’avais un ouvrage qui justement fait état de la façon dont nous faisons les choses : « Comment nous faisons les choses » de J.G. Bennett.

J’ai donc, le soir venu, décidé de m’attaquer aux 90 pages de cet ouvrage.  Et j’apprends ainsi en premier lieu qu’il y a 3 groupes de fonctionnement automatique :

  1. le fonctionnement automatique du corps : inclut le travail de nos sens, et l’emploi de nos membres pour agir sur le monde extérieur. Nos pouvoirs corporels.
  2. le second groupe concerne nos sentiments, nos états émotionnels,
  3. le troisième groupe est celui des pouvoirs intellectuels ou mentaux. Ils sont constitués par notre manière d’envisager les choses, de combiner les idées.

« Tout un système d’automatismes qu’on ne remarque pas existe aussi dans notre façon de penser. Les manières de voir et de comprendre les choses, les conclusions tirées de ce que l’on voit et entend, la mémoire qu’on en a, ne sont très rarement des jugements ou évaluations authentiques, mais presque toujours des pensées automatiques ».

Et la bonne nouvelle est que nous pouvons changer habitudes, et mécanismes. Mais, « la plupart des gens tombent dans le piège de croire que nos processus intellectuels sont entièrement autonomes ; que nous pouvons changer nos pensées au moyen de la pensée. (..)Seul un sincère désir, accouplé à des changements corporels, peuvent changer les pensées et ceci est très difficile à accomplir au début.

« Par exemple, je découvre et il faut s’observer soi-même pour le faire que chaque fois que je suis assis dans une certaine position, mes pensées vont dans une direction habituelle et que si je change de position, cette habitude mentale s’affaiblit. Si je veux penser différemment je dois cesser d’être assis de cette façon automatique ; il se peut que je doive changer ma façon de tenir mon épine dorsale, ma tête, ou quelque chose de ce genre ».

L’auteur prend aussi l’exemple de la vision : la plupart d’entre nous, voyons les choses « platement ». Nous ne remarquons guère les formes, mais plutôt les couleurs. Si nous souhaitons briser ces automatismes, l’auteur nous invite à nous entrainer à voir les formes, chaque jour tel un joueur de golf qui voudrait apprendre un nouveau coup. Ainsi nous serons plus conscients de la perspective, de la vision en profondeur.

Pareil avec les gens, il est rare que nous regardions vraiment quelqu’un. La plupart du temps, nous ne voyons même pas leur visage mais nous réagissons automatiquement à leur présence. Et « quand nous commençons  voir ainsi, en brisant nos façons habituelles de voir, nous découvrons qu’à chaque tournant se révèle quelque chose de neuf ».

« Comment nous faisons les choses » est un ouvrage pratique traitant de l’organisme humain (son champ d’activité, ses fonctions) : comment employer nos énergies correctement et comprendre nos automatismes, comment devenir créatif et plus conscient de la façon dont nous nous manifestons dans la vie de tous les jours. Collection Ennéagramme-Gurdjieff ».

J’ai bien aimé ce petit ouvrage car, sur la base de multiples exemples, il nous invite à réinterroger nos fonctionnements, pour aller vers plus de conscience, de créativité dans notre vie quotidienne. Encore un de ces ouvrages qui, ne fait pas grand bruit dans la blogosphère, mais qui est d’une pertinence manifeste.

Par ailleurs : « La manière dont nous travaillons dépend de la qualité des énergies employées et aussi, et peut-être même davantage, de l’emploi correct de ces énergies ».

S’agissant de l’auteur :

« John Godolphin Bennett, né à Londres le 8 juin 1897 et décédé à Sherbourne le 13 décembre 1974, était un écrivain spiritualiste, mathématicien, ingénieur et directeur de recherches industrielles britanniques. Il travailla comme Secrétaire d’État (Royaume-Uni) pour le gouvernement de sa Majesté et dirigea des recherches relatives à l’industrie du charbon (1938-1941). Il a laissé de nombreux ouvrages inspirés par l’enseignement de Georges Gurdjieff (1877-1949) ».

« Comment nous faisons les choses » est disponible sur le site internet des éditions de L’Originel : ICI.

resized-Masters-of-Wisdom-Chapter-1-quote-Copy.jpg

Sana,

Tous droits  réservés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

3 réponses »

  1. Bien intéressant, merci Sana !!!! même si je ne suis pas trop touchée par le phénomène, et c’est rigolo, je ne m’en rendais pas compte ^^ C’est presque un TOC…impossible de faire les choses par automatisme : impossible de me coiffer, maquiller pareil 2 jours de suite, je n’arrive pas à faire les choses dans le même ordre, ranger de la même façon, manger le même petit déjeuner, écouter la même radio dans la voiture etc. déjà petite, j’étais comme ça.
    Je crois que j’ai souvent peur de la monotonie automatique, bien qu’il y ai du positif parfois à ça : une rigueur au travail par exemple, que je n’ai pas toujours…
    C’est une caractéristique que je trouve pas souvent chez le autres…je dirais pas spécialement que c’est une qualité pour tout. Mais du coup ça me rend heureuse d’être comme ça car j’aime chaque instant ou presque.
    Par exemple j’observe beaucoup chacun de mes clients, en général rien ne me passe inaperçu, il m’arrive même de m’amuser à les relooker dans ma tête…Oui, je m’amuse d’un rien mais c’est vrai qu’à la fin de chaque journée, je trouve qu’il y a eu des choses fun et originales. J’aurais pas l’idée de dire que c’était une journée comme une autre 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s