Développement personnel

Le pouvoir des petites victoires

Les petits progrès peuvent entraîner de grosses victoires

Quel est votre truc pour accroitre votre motivation en cas de besoin ? La visualisation, les mantras ? Une boisson euphorisante, le sport ? Une auto affirmation sur le fait que vous êtes le plus fort, le plus gentil, le plus savant, le plus drôle ? En vérité vous avez certainement constaté par vous-même que ces techniques fonctionnent rarement. Elles peuvent vous aider à vous faire sentir mieux dans le moment, mais elles ne conduisent pas souvent à déclencher plus de motivation travail.

pnll.png

A long terme, ces effets peuvent même être pires. La meilleure façon d’accroître la motivation est de progresser dans une activité qui fasse sens pour vous, quelle que soit la taille de la tâche.
La motivation mène à une plus grande créativité et productivité. Et avoir le sentiment de progresser (en productivité et créativité) renforce à son tour la motivation à agir et travailler plus. C’est une boucle de progression, dans laquelle le progrès et la motivation se cumulent dans une spirale ascendante.

Teresa Amabile et Steven Kramer ont étudié un groupe de 238 salariés répartis en 26 équipes appartenant à 7 entreprises nouvelles et anciennes, grandes et petites, pendant une durée allant de 9 à 38 semaines. Les personnes étaient invitées à tenir un journal quotidien décrivant un événement du jour qui a marqué leur esprit, quel que soit le type d’événement, tant que cet événement restait pertinent pour le travail ou le projet.

Ils devaient remplir un questionnaire quotidien sur cet événement. Le questionnaire leur demandait des informations sur les basiques de la journée de travail, leur propre travail et motivation, l’équipe et son travail, leur perception de l’environnement de travail et leurs émotions. Au total, ils ont recueilli 11637 journaux.
La lecture de tous les journaux à plusieurs reprises ont conduit les chercheurs au développement de leur « système de vie interne au travail », la manière dont la vie interne du travail influence la performance et la boucle de progression.

Voici comment ils définissent la vie professionnelle interne. Il s’agissait de:
o Perceptions et pensées: donner du sens aux événements quotidiens
o Emotion & Sentiment: réactions aux événements quotidiens
o Motivation et conduite: le désir de faire le travail et la principale source d’influence

À partir de toutes les données quotidiennes, les chercheurs sont arrivé à la conclusion que le meilleur indice prédictif de vie interne de travail était le sentiment de progresser dans un travail qui fasse sens, peu importe la taille. Donc une vie interne au travail positive.

La motivation, qui reste le plus grand facteur d’influence, entraîne une plus grande créativité et une plus grande productivité. Et avoir le sentiment de progresser (en productivité et créativité) mène à une vie professionnelle plus positive.

Il s’agit d’une boucle de progression dans laquelle le sentiment de progrès et la durée de vie interne se rassemblent dans une spirale ascendante. Les revers peuvent bien sur entraîner une vie interne de travail négative et une spirale descendante.

Pour qu’il fasse sens pour vous, votre travail ne doit pas nécessairement avoir une importance sociale. L’important est de savoir que vous percevez votre travail comme porteur d’une valeur contributive pour quelque chose ou quelqu’un qui compte (vous-même, votre équipe ou votre famille). Quand les chercheurs ont demandé aux managers ce qui motive les salariés, la notion de progrès n’est pas apparue. Et une enquête de McKinsey en 2009 sur la motivation des personnes au travail avait donné les mêmes résultats : les progrès étaient complètement absents des résultats.

C’est pourtant tellement simple: donnez aux collaborateurs une possibilité de progresser dans un travail qui fasse sens pour eux et vous augmenterez leur motivation.
Commentaires : les conclusions sont claires, pour trouver votre motivation au travail, commencez par faire quelque chose de petit et simple de façon à être sûr de le réussir.

Ce petit progrès augmente la motivation, ce qui entraîne encore plus de progrès dans une spirale ascendante. Le message est aussi très clair pour les managers. Le principal apprentissage de cette étude est que le meilleur facteur de motivation durable est interne et non externe. Aucun rituels d’entreprise (primes, célébrations, repas festifs, distractions de groupe) n’est en mesure de déclencher la motivation au travail. Toujours cette vielle confusion entre stimulation externe et motivation interne. Les praticiens de la programmation neuro-linguistique (PNL) savent que pour progresser dans la consommation de l’éléphant, il convient de manger une bouchée par jour !

Et les adeptes de l’Analyse Transactionnelle diront qu’il convient de se fixer des buts, les réaliser et s’autoriser à savourer ses victoires.
Sources
The power of small wins. Teresa AmabileSteven J. Kramer, Havard Business Review, May 2011 Issue – The truth about Motivation, Irena O’Brien, The Neurosciences School

A bientôt,

Sana,

Publicités

2 réponses »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s