Développement personnel

Chronique 26 : 7 jours pour vivre, Valérie Capelle

Une claque. Une belle claque. Une claque d’une douceur, incroyable. A la dernière page, je me suis dit : « cocotte, il va vraiment falloir que tu accélères les changements, que tu te dépêches encore plus de vivre ». C’est le genre de livre qui te rappelle, à chaque page, que la vie doit se vivre de façon intense, joyeuse, enthousiaste.

Bien que le titre nous rappelle l’évidence de la fin, ce n’est pas un roman de « mort », c’est bel et bien un roman de « vie ». La vie sous toutes ces belles formes : un rayon de soleil, le souffle du vent, le rire d’un enfant, une amitié sans faille.

Le protagoniste principal est un homme et c’est plutôt rare dans un roman de développement personnel. Et j’ai trouvé cela plutôt intéressant car l’expression des émotions, des sentiments n’est pas que l’apanage des femmes. Au diable, les injonctions telles que « un homme ne pleure pas » que notre société contemporaine aime à valoriser.

Antoine, le héros réalise qu’il approche la fin de sa vie et qu’il est passé à côté. Il est en proie à la peur de la maladie, de la solitude, de la mort : ces thèmes un peu tabous que nous n’osons pas aborder par pudeur, ou par peur de concrétiser le processus en le verbalisant.

Ma sœur, qui travaille dans le milieu médical, me dit d’ailleurs souvent que le regret principal de ceux qui s’apprêtent à s’en aller est justement de ne pas avoir vécu selon leurs propres envies. Le hasard de la vie amène Antoine, souffrant d’une maladie incurable, à rencontrer Paulette, un ange-gardien aux allures de « Mamie », qui se révèlera en réalité bien plus…

7-jours-pour-vivre-9782889119189_0

« Je n’ai qu’un regret : celui d’avoir eu le sentiment de n’exister pleinement qu’à partir du moment où j’ai su qu’il ne me restait plus beaucoup de temps. Alors, Valérie, n’attendez pas que la maladie vous happe pour commencer à vivre ».

Je me suis alors souvenu d’une amie qui m’a dit récemment :

« Sana, on dirait que j’attends un coup d’arrêt de la vie pour changer de trajectoire ».

« J’aimerais que ma boite mette la clé sous la porte, ça me poussera à faire autre chose » m’avait avoué un voisin, que j’ai croisé la semaine dernière, mine renfrognée.

Nous sommes nombreux à espérer que les choses changent d’elles-mêmes, négligeant par cette posture attentiste, notre pouvoir créateur.

Ce livre est une belle leçon : une leçon de vie, une leçon de générosité. Et que dire de cette belle amitié entre Pierre et Antoine ? Pierre est bousculé dans ses certitudes les plus profondes, ses croyances qui l’inhibent. Une amitié masculine composée de force et de vulnérabilité.

« Vis sans attendre » sont les derniers mots d’Antoine à Pierre. Que faut-il pour se réveiller et vivre sans attendre ?

« 7 jours pour vivre » a été pour moi une belle piqûre de rappel : continuons de nous émerveiller, de nous enthousiasmer, de donner sans aucune forme d’intéressement, d’aller vers ce qui nous anime, nous fait vibrer : nous minimiserons ainsi la dérivée des regrets.

Tu sais ce que je fais, depuis quelques mois, lorsque j’ai peur de passer à l’action, ou que je retarde une décision : je m’imagine à 85 ans, assise dans mon fauteuil à bascule, contemplant ma vie passée ? Je te prie de croire que c’est radical : en général, j’ai froid dans le dos rien que d’y penser, et je me dépêche d’agir. J’ai une copine qui a une technique encore plus radicale : elle se balade dans un cimetière et imagine sa pierre tombale…

La vie est un cadeau. Tu es en vie ? Tout se joue là. Maintenant.

Alors, vas-y.

A très bientôt,

Sana,

Tous droits réservés.

 

Publicités

2 réponses »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s