À la Une

Le diktat du sens

Il y a-t-il toujours un sens à trouver aux évènements ? Faut-il toujours avoir une réponse à nos questions ? Doit-on absolument trouver la signification, le sens caché de ce qui nous arrive ? Faut-il voir des signes partout ? Non. Lire la suite

À la Une

Ce que nous craignons le plus

Des années de lectures, d’expérimentations, d’analyse, de développement personnel, m’ont amenées à adhérer au constat de Ralph Waldo Emerson, à savoir :

« Ce que nous craignons le plus, c’est généralement de faire ce que nous devons faire ».

Dans le fond, chacun d’entre nous connait ses forces, ses faiblesses. Nous savons parfaitement ce qui est bon pour nous, et ce qui nous est néfaste. Lire la suite

À la Une

L’habit n’a jamais fait le moine

Je m’en souviens encore. Il y a deux ans, j’étais dans la navette pour rejoindre l’un des plus grands aéroports d’Europe. Je n’étais d’ailleurs pas certaine d’être dans la bonne direction. Je me sentais oppressée par le flux des passagers, et en même temps, sereine. Car, tous les chemins mènent à Rome.

Lire la suite

À la Une

La fausse dualité coeur vs cerveau

« A ton avis, tu crois que je devrais écouter mon coeur ou mon cerveau ? ». Je m’en suis sorti avec un :

« Fais ce qui te semble juste ».

Que celle ou celui qui ne s’est jamais posé la question lève la main.  Nous nous sommes tous déjà demandé au moins une fois dans notre vie :

Quelle pensée vient de mon coeur, et laquelle émane de mon cerveau ? Dois je me fier à mon coeur ou à ma raison ? Lire la suite

À la Une

Il est l’heure de se réveiller

Cette année est particulière. Pour chacun d’entre nous. Nous vivons des choses que nous n’aurions jamais imaginé vivre.

Je suis certaine que 2020 est en train de nous offrir la plus belle leçon de vie de notre existence. Cette année a un message à nous communiquer. Je crois qu’il est temps d’arrêter de se mentir. Il est temps de penser par soi-même. Temps de regarder la vérité en face. Temps de se réveiller de notre léthargie.Temps de se retrousser les manches. Lire la suite

À la Une

C’est juste que ma pensée est arborescente

« On dirait que tu te lasses de tout et de tout le monde ». « Tu as changé ».

Évidemment que j’ai changé. Je ne suis pas celle de l’année dernière, du mois dernier, ni d’hier. Quand tu es, un tant soit peu, dans le développement de soi : tu cherches à devenir meilleur.

Et si en plus, comme moi, tu as une pensée arborescente, et que tu es «étiqueté» HP, le savoir est essentiel dans ta vie. J’ai un besoin viscéral d’apprendre. J’ai un besoin viscéral de m’enrichir intellectuellement.

La civilisation grecque, l’histoire des Kennedy, la géopolitique, les origines des peuples berbères, la biographie d’Anna Wintour, l’histoire de la ville de Nuremberg, la couronne britannique, l’économie de l’Amérique latine, la cause animale, la naissance du marketing, les manipulations de l’opinion publique, l’Amazonie, la spiritualité des yogis, les mouvements minimalistes, les problématiques environnementales… : autant de domaines différents dans lesquels j’aiguise ma curiosité intellectuelle.

Non pas pour briller en société (en général, la culture, plus tu en as, moins tu l’étales), mais parce-que le monde entier m’intéresse, et que ma pensée est arborescente.

C’est ainsi que de fil en aiguille, je peux, durant une conversation, face à de simples carottes, parler des bienfaits de la cuisson vapeur, enchainer sur la symbolique des couleurs et leur impact sur notre énergie, poursuivre, suite à une remarque de mon interlocuteur, sur l’intelligence émotionnelle, puis, sur l’épigénétique et comment notre environnement impacte notre ADN, pour finir sur la dernière expo que j’ai vu.

Celles et ceux qui ne comprennent pas notre mode de pensée, ne comprennent pas non plus notre besoin de nous éloigner, de nous ressourcer. D’aucuns nous jugent élitistes, voire trés exigeants.

Ma pensée se déploie dans plusieurs directions, parfois en même temps, chaque idée se divisant en sous-idées, par analogies, ou association d’idées. C’est une pensée en réseaux.

pensee-arborescence

Alors oui, je sais aussi adopter un fonctionnement « linéaire », en creusant dans une seule direction à la fois, une seule idée, lorsque les circonstances l’exigent. Alors oui, j’ai du mal avec la médiocrité. J’ai du mal avec les conversations de comptoir. Non pas par « sentiment de supériorité », mais par pur inintérêt.

Il me semble d’ailleurs t’avoir déjà parlé de ce mode de pensée si caractéristique des HP dans Nous les introvertis, et Aujourd’hui, je sais que c’est ma force.

J’ai besoin de fréquenter des gens différents, de rompre la monotonie, de changer de chemin, de tester de nouveaux restaurants, de faire preuve d’esprit critique, de découvrir de nouvelles choses. Et puis, ce n’est pas comme si nous avions 30 vies 🙂 !

Alors, n’attendons pas !

 

A bientôt,

Sana,

Tous droits réservés.

Lire la suite

« La personne la plus intelligente de la pièce »

Je me disais que je n’avais pas à juger, ou à essayer de les changer. Après tout, si j’étais assise à leur table c’est bien que quelque chose en moi vibrait de la même façon.

Plus le temps passait, plus je me rendais compte que j’étais toujours celle qui essayait de relever le verbe, celle qui essayait de tirer le groupe vers le haut, celle qui voulait un peu plus de profondeur. Plus le temps passait, plus je me sentais en décalage.

Jusqu’au jour, où exténuée par la charge mentale que je m’étais moi-même assignée, j’ai cessé d’entretenir la boucle infernale. Lasse d’assumer une responsabilité qui n’était guère la mienne, j’ai tourné les talons. Non par vanité, ni dédain. Par souci de survie. Par souci d’alignement. J’avais besoin d’être en cohérence. J’avais besoin d’enrichir mes perceptions, d’être davantage dans l’excellence, d’être dans une logique positive et constructive. J’avais besoin d’être moi.

L’entourage influence à 95 % nos prises de décisions, nos actions, et donc nos réussites.

Notre entourage influence l’essence même de nos personnalités, nos modes vie et nos pensées. Cela se traduit par une influence sur nos ambitions et nos projections.

« Si vous êtes la personne la plus intelligente de la pièce, vous êtes dans la mauvaise pièce ». BRIAN KURTZ

Sana,

Tous droits réservés.

Rituel de bien-être : parfums de soin Altearah, Joie et Fraicheur

Bonjour,J’espère que tu vas bien, et que tout va au mieux pour toi et les tiens.Je t’ai déjà parlé des parfums de soin de chez Alterah dans cet article ICI. Figures toi que je viens de faire deux belles découvertes : il s’agit du parfum de soin Joie, et Fraicheur. Ils ne pouvaient pas mieux tomber, en cette période quelque peu morose : prendre du temps pour soi est presque impératif.S’agissant du parfum Fraicheur : il est associé à la liberté, la spontanéité, l’ouverture, l’adaptation. Tout ce dont j’ai besoin, en ce moment. Quelques gouttes sur mes poignets, une profonde inspiration…J’étais déjà très loin dans mon imaginaire. Un nouveau souffle. En ramassant mes roses, je sentais les effluves du parfum Fraicheur sur mes poignets.La fragrance est délicate : composée d’un doux mélange de cèdre, orange douce, eucalyptus, pin, citron, romarin, patchouli, palmarosa, géranium, lavande. Il fait vraiment son effet : il détend littéralement, relaxe, nous fait voir les choses sous un nouvel angle.Le second, est tout aussi, apaisant. Il s’agit du parfum de soin Joie, pour renouer avec son tonus et sa spontanéité. Il est délicat, acidulé, pétillant de vie.Ce sont de véritables parfums de soin. L’effet est immédiat. Tout s’arrête le temps d’un précieux instant. A chaque fois que je les respire, c’est le même sentiment qui prévaut : je me sens en paix, détendue, joyeuse. Ce sont des parfums naturels et actifs, les parfums de soin se respirent 3 à 5 fois par jour, en un rituel de bien-être. Ils peuvent également se vaporiser légèrement au creux du cou, pour donner une couleur particulière à notre journée.Ils vont m’être précieux pour les jours à venir. Précieux pour me sentir bien. J’en ai mis un dans mon sac à main, et le second, sur ma table de nuit.CaptureLe parfum de soin Altearah peut s’utiliser soit en parfum naturel soit en olfaction pour un véritable geste de beauté et de bien-être. Ce sont des flacons de 30 ml. Si jamais l’idée le tente, ils sont disponibles sur le site de la marque Altearah : ICI.Merci Anne.A très vite,Prends soin de toi.Sana,Tous droits réservés.

Confinement et équanimité

Bonjour,

J’espère que tu vas bien et que tu profites de ce temps inédit qui s’offre à chacun d’entre nous. J’accueille ce temps, hors du temps, comme une parenthèse dans notre vie trépidante. Je crois même avoir vibré cela. Je crois même avoir demandé, dans mon for intérieur, il y a quelques mois de cela d’avoir du temps pour moi et maintenant qu’il s’offre à moi, je ne vais pas en vouloir ni aux gouvernements, ni à la communauté scientifique, et encore moins, aux gens qui sortent de chez eux.

Lire la suite